Buda Records

Okna Tsahan Zam

"Shaman Voices"
A
Journey in the Steppe - Un Voyage dans la steppe
(CD + DVD)

3016822

1. Intro (0'39'')  
2. Edjin Duun (4'01'') ADSL / CABLE connection : High quality 96kb/s stereo
ADSL / CABLE connection : High quality 96kb/s stereo
3. Khomei solo (2'16'') ADSL / CABLE connection : High quality 96kb/s stereo
4. Akhner Duner (4'20'') ADSL / CABLE connection : High quality 96kb/s stereo
5. Moukhna Tsahan (3'58'')  
6. Sibir (4'34'')  
7. Edjin Duun (acoustic) (3'27'') ADSL / CABLE connection : High quality 96kb/s stereo
8. String duet (2'29'')  
9. Samarine (4'51'') ADSL / CABLE connection : High quality 96kb/s stereo
10. Khomei 3 voices (3'04'') ADSL / CABLE connection : High quality 96kb/s stereo
11. Moukhna Tsahan feat Bavaush (2'43'') ADSL / CABLE connection : High quality 96kb/s stereo
12. Djangar (3'19'') ADSL / CABLE connection : High quality 96kb/s stereo
13. Ar Bumbin Orn (3'07'')  
14. Khomei choir 3'06'') ADSL / CABLE connection : High quality 96kb/s stereo
15. Outro (1'00'')  
16. Davour Ghalzen (3'20'') ADSL / CABLE connection : High quality 96kb/s stereo
17. Davour Ghalzen radio RMX Dalcan (3'55'')  
Durée totale 54'18''
 
Okna Tsahan Zam est un exceptionnel interprète de l'épopée du peuple Kalmouk, seul peuple bouddhiste d'Europe, déporté par Staline dans les années 1940. Il s'accompagne a la dombra, un luth piriforme dont le long manche est fretté et monte de deux cordes, mises en vibration avec les doigts. II existe deux types de dombra, de hauteurs différentes. Deux autres instruments kalmouks sont ici utilisés : le huuchir (autrefois appelée biwa, sa caisse de résonance était formée par une vessie) est une vielle à pique à la caisse de résonance tubulaire, montée de deux (ou parfois quatre) cordes. La mèche de son archet de bambou est divisée en deux parties dont l'une met en vibration la (les) corde(s) basse(s) et l'autre la (les) corde(s) haute(s). L'instrumentiste fait varier la tension de la mèche avec un doigt, afin de varier les couleurs sonores. Le djinguenuur est une cithare trapézoïdale dont les choeurs de cordes sont frappés par deux légères baguettes. Cette cithare est originaire d'Iran où elle a donné naissance au psaltérion européen. Celui-ci a été apporté en Chine (yangqin) par des missionnaires catholiques italiens et français, avant de se répandre en Asie centrale et en Mongolie (yoochin). Les autres instruments (mis a part ceux venus d'Europe) sont joués en Mongolie, a commencer par l'emblématique morin huur, la vielle-cheval. Sa caisse trapézoïdale est surmontée d'un long manche tendu de deux cordes aiguë et grave, respectivement en crin de jument et de cheval. La crosse est en forme de tête de cheval. La légende veut que le premier instrument ait été construit par le héros Cuckoo Namjil avec les os, la peau et les crins de son cheval ailé, Jonon Har (le Prince Noir), tué par une femme jalouse. Le shanz, également appelé shudraga, est un luth a long manche, monté de trois cordes, dont la table d'harmonie quadrangulaire et le fond de la caisse de résonance sont en peau de serpent. La flûte traversière, appelée limba par les Kalmouks et limbe par les Mongols, comporte six trous de jeu. Construite traditionnellement en bambou ou en cuivre, elle est souvent maintenant faite d'un tube de plastique. Les Mongols distinguent deux types de limbe féminin (em) — a la perce étroite et jouée doucement — et masculin (er) — une flûte plus courte et jouée avec vigueur. Les musiciens emploient généralement la technique du souffle continu (bituu am'sgal), qui permet de jouer de longues phrases ininterrompues.

Mais l'instrument principal de Okna Tsahan Zam est la voix. Il est notamment un maître du höömii, le chant diphonique. Cette technique, répandue chez les peuples mongols occidentaux, consiste a émettre simultanément une note fondamentale grave faisant office de bourdon et un son aigu générant une mélodie harmonique. Les Mongols connaissent six techniques, le höömii nasal, le pharyngé, le thoracique, l'abdominal, le narratif, l'isgereh (ou "voix de flûte nasale"). Cette extraordinaire technique, qui a fasciné nombre de musiciens occidentaux, est vraisemblablement liée a l'univers chamanique. On pense ainsi qu'elle a des effets bénéfiques sur les chevaux et le bétail. Pour Okna : "Ces sons nous lient avec l'espace, avec les âmes de nos ancêtres. C'est l'accumulation de l'énergie, la révélation de la conscience." HENRI LECOMTE.
 

English translation to come...

      Même auteur ou série Same artist or serie

 

La Plume Bleue - 1040 Echallens - SWITZERLAND - Tél (++41).(0)78.682.32.66
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Copyright © 1998-2013 "La Plume Bleue". All rights reserved.

Mesurez votre audience